Le chant

 LU TCHAN DE GAUMAIS D'VILE 

Pisku lè‑z‑ôte tchantan da leu langatch
Poukwa k'nou‑z‑ôte dju n'tchantrin m'pu fôr k'eû
V'dèré koum mè, su s'ro vréma doumatch
Si an mèto not'vî patwa ô feû.

REFRAIN Tchantan, tchantan eun tchanson pou nou‑z‑ôte
Tchantan bin fôr, i fô nou fér oyè
Dèrè ki ve ku dj'san dé drol d'apôte
Tchantan bin fôr k' not' vilatch ve vikè
Tchantan bin fôr k'not' Vilé ve vikè.
1 An n'aratch pe lè da a la trikwache
È lè fôtcheû nu portan pe l'bua
Avu lè tronsouneûs', pe du r'sip ni d'soyâ
È lè bokian n'an pe d'hayan pou la drache.
2 Eun tranpinète è eun' oum'lète ô brèl
Dè‑z‑ètuvé, don froumatch du pouché
A Vilé sa vou rat' la vî bin bèl
È dju plan ko pichi da lè rouché.
3 Lè vî d'aneû an été djône da l'ta
I kourin lè fève su la kôte du l'Ida
Lè djône d'asteur ki d'vinran vî sûr'ma
Fayan l'mém da l'fon d'zeu Toyota.
4 Tcheu no dj'avan l'ospis Sin Djan Batis
Ousku dj'vèran lu pu târ ku posip'
La seûr Madléne è pourtan sinpatik
Mé dj'prèfèran Môrgni è la Monik.
5 Si not' fotbal è dèvalé si bach
S'n'è m'du la fôte dè‑z‑arbite ni d'la drach
S'è paske lè djoueû è l'komité
An tous roublî su ki falo tchanté
6 Kan‑t‑an soufer du la furonkulôs
L'apotikér vu bâye d'la l'ver du bièr
Toul'monte sé bin ki gna‑n‑è da no vér
Dj'bevan d'l'Orvô avan d'awar dé klô.
7 È l'djudè Sin s'èto l'lavatch dé dôye
Pou nou rap'lé k'dj'ètin dé drol d'apôte
Lè mwane bayin eun bèl piès du 100 so
Sa a fayo dé partî a la rôye.
8 Lè mét' d'ikole ètin dé torsionér
I nou mètin a‑n‑gno su n'rèk an fér
Avu dé lif s'lè mé ô d'se d'la tête
È dju d'vin dèr bondjo a mosieu l'mét'.
9 Tcheu l'pér Laurent k'èto kwafeûr‑kaftî
Djalin tou djône ruplanté ô djeû d'gî
Dj'gégnin dé so nié dj'avin bin don mô
An plo s'paï wi tchik pou karante so.
10 An n'nè kede dè‑z‑anpône a Berwô
Dè‑z‑ôbuson da lè tchan dé Djako
Dé fleûr d'avrè da lè bo don Batè
È dè mûrô su la kôte dè Fourné.
11 Si tu t'souvin kan‑t‑an sèrvo la mès
L' kouvin d' gèrnouye k' èto da l' bènitî
È lè krapô kan‑t‑i gnavo konfès
È lè burète k'ètin toudjo veûdi.
Si tu te souviens quand on servait la messe
Les oeufs de grenouille qui étaient dans le bénitier
Et les crapauds quand il y avait confesses
Et les burettes qui étaient toujours vidées.
12 Da eun grante jate, v'mèté dé boukè d'pé
Ku v'arouzé avu don nwar kafè
Chi boukè d'suk è in sakré tchû d'beûr
Vla n'tranpinète ku v'médj'ré a chîj eûr.
Dans un grand bol vous mettez des morceaux de pain
Que vous arrosez avec du café noir
Six morceaux de sucre et un gros morceau de beurre
Voilà une trempée que vous mangerez à six heures
13 Lu kantougnè, bin souva kritiké
Chine bin sa geûle kan vu saté l' lousè
A vot' antér'ma d'èt tris bin i fé kranse
I wa d'jè la tér ki va f fout' s'la panse.
Le cantonnier bien souvent critiqué
Rit bien quand vous "sentez la bêche"
A votre enterrement il fait semblant d'être triste
II voit déjà la terre qu'il va vous mettre sur le ventre
14 Bin dè‑z‑amour an meûrè a Mon Plaisir
Ou an danso tchèk suméne ké dèlir
Lè vî d' aneû s' î batin koum dè tchin
A gran kô d'pougne, du boutèye è d'rondin.
Bien des amours ont mûri à Mon Plaisir
Où l'on dansait chaque semaine quel délire
Les vieux d'aujourd'hui s'y battaient comme des chiens
A grands coups de poings, de bouteilles et de rondins.
15 Lè d'jône da l'ta ètin dè‑z‑afan d'keûr
Mém' si mètin dé fago kont' lè‑z‑uche
An lè drèso a gran kô d'métch du bruche
I plin sortè mé d'vin ratré a l'eûr.
Les jeunes dans le temps étaient des enfants de choeur
Même s'ils mettaient des fagots contre les portes
On les dressait à grands coups de manche de brosse
Ils pouvaient sortir mais devaient rentrer à l 'heure
16 Aprè l'ikole dj'alin djouwé ô tchik
Prem, deûs, bouch'kras, pî tône, hôs, ké taktik
Bâye me di tchik t'arè in biskayè
È tou lè po, tu warè t'lè gégn'rè !
Après l'école nous allions jouer aux billes
Premier, deuxième, bougez les crasses, pied tourné, hausse quelle tactique
Donne‑moi dix billes, tu en auras une grosse
Et tous les pots tu verras tu les gagneras.
17 Blan pichali krèchan da lè moyète
È lè moyète lè fouyan lè fayan
Deû‑z‑û der keu è dè bé p'ti kèrtan
Trwa pougnî d'bèk, lè‑z‑ètuvé san prête !
 Blancs pissenlits poussent dans les taupinières
Et les taupinières, les taupes les font
Deux oeufs cuits durs et des beaux petits lardons
Trois poignées de "becs" les étuvées sont prètes !
18 Kan s'è la fête i san tourto kontan
An su r'krwaro an plé bonbarduman
Lè djône dansan è payan la SABAM
Mildje d'vindje ! S'n'è m' posip ké dèram
Quand c'est la kermesse les gens sont contents
On se croirait en plein bombardement
Les jeunes dansent et payent la SABAM juron !
Ce n'est pas possible, quel vacarme !
19 Lu Sin Djangou k'è l'patron dè koku
Pada kat djo i trabèl da sa niche
Du vo a mè kèsku v'vlé ki faïche
Si i s'dègrougne dè fleûr i n'n'arè pu !
Saint Gengoulf qui est le patron des cocus
Pendant quatre jours il tremble dans sa niche
De vous à moi, que voulez‑vous qu'il fasse
S'il rouspète, il ne recevra plus de fleurs !
20 Lè djône d'aneû n'dansan pu koum da l'ta
N' leû‑z‑î kôzé' m du foks‑trot' ni d' j ava
Ni kô d'polka, du roumba è d'tcha‑tcha
I s'hosan l'ke a breûlan s'è koum sa!
 Les jeunes d'aujourd'hui ne dansent plus comme jadis
Ne leur parlez pas de fox‑trot ni de java
Ni encore de polka, de rumba et de cha‑cha
II se secouent le derrière en hurlant c'est comme ça!
21 Lè djan d'Vilé nu san m'pu drol k'ayeur
A Vértan i kouran pada dè z‑eûr
Lè seu d'Marge mètan zeû bal da l'trô
Tcheu no dj'avan lè Porteû d'Kés d'Orvô.
Les gens de Villers ne sont pas plus drôles qu'ailleurs
A Virton ils courent pendant des heures
Ceux de Margut mettent leur balle dans le trou
Chez nous, nous avons les Porteurs de Caisses d'Orval
22 Not abèi ku parto an kounè
Froumatch è bièr s'è lî ki lè fournè
Dja konsouman s'è pou leû fér pléjè
Ka san nou‑z‑ôte lè mwane n'sarin vikè
Notre Abbaye que partout on connaît
Fromage et bière, c'est elle qui les fournit
Nous en consommons, c'est pour leur faire plaisir
Car sans nous les moines ne sauraient vivre
23 L'minis Michel a kôs du sè fuzion
Du not vilatch i‑I‑è fé eun' sèksion
Djan d'Floravil k'è duvne antité
V'plé Vhosî l'ke dju s'ran toudjo d'Vilé !
Le Ministre Michel, à cause de ses fusions
De notre village il a fait une section
Gens de Florenville qui est devenu entité
Vous pouvez vous secouer le cul, nous serons toujours de Villers !
24 Lè frér Djako ètin lè rwa dè bèk
S'è pou sa k'dju san rwa dè‑z‑ètuvé
È lè "Sossons" i v'nan osé d'Vilé
Lè Florantin vu plé vat' dè pastèk.
Les frères Djako étaient les rois des becs
C'est pour ça que nous sommes rois des étuvées
Et les "Sossons" ils viennent aussi de Villers
Florenvillois vous pouvez vendre des pastèques
25 Si la chignole s'n'è m' pou planté lè pwach
Lè‑z‑èkayè s'fruchan a la trikwach
Lu papî d'vér s'n'è m' pou r'limé l'soyâ
Dè vèrtijèl plan bin s'mèt da l'bua !
Si la foreuse ce n'est pas pour planter les pois
Les noix s'écrasent avec la tenaille
Le papier de verre ce n'est pas pour limer la scie
Des cavaliers (clous) peuvent bien se mettre dans le coffin
26 Lè bét è mè dju san d'la mém natur
Dju lè‑z‑ém bin è dj'partatch mè kultur
Kan lè‑z‑agas vunan mougni mè s'rîch
Dju so kontan kan‑t‑èl m'a lâyan chîch !
Les bêtes et moi, nous sommes de la même nature
Je les aime bien et je partage mes cultures
Quand les pies viennent manger mes cerises
Je suis content quand elles m'en laissent six
27 Avu dé so an djouwo ô bouchon
Pi a la rôye, dj'arin pèrde l'kan'son
Avu n'gros' pièr an raveûcho dé bwat'
A la gonich dj'ètin dè‑z‑akrobat'
Avec des sous on jouait au bouchon
Et à la ligne nous aurions perdu le caleçon
Avec une grosse pierre on renversait des boîtes
A la "goniche" nous étions des acrobates
28 Avu là fèye dju djouwin ô babe
A tchè pèrtchi, katch‑katch ou a toutch'me
È pi dj'alin femé padri l'èglîch
Ou dj'nou muz'rin l'djône avan ki n'bachich !
Avec les filles nous jouïons à la marelle
A chat perché, cache‑cache ou à touche‑moi
Et puis nous allions fumer derrière l'église
Où nous nous mesurions l'oiseau avant qu'il ne baisse
29 Armé Bibine, Zaza, Gogo, Magat'
S'min la tèreûr a s'batan da l'vilatch
Lè‑z‑èpé d'bo, là fronte, lè‑z‑arbalèt'
Fayin dé beuye è chèrin lè ch'mijèt'!
Armées Bibine, Zaza, Gogo, Magate
Semaient la terreur en se battant dans le village
Les épées de bois, les frondes, les arbalètes
Faisaient des bosses et déchiraient les chemisettes
30 S'ku dj'an pèchi d'tchakâ è d'èpinoch
È dènichî lè karbô, lè prôliè
È la marôt', pem, pwar, s'rîch plé lè potch
È lè nujèt' è ko lè‑z‑èkayè.
Qu'est‑ce qu'on a pêché de chabots et d'épinoches
Et déniché les corbeaux, les éperviers
Et la maraude, pommes, poires, cerises plein les poches
Et les noisettes et encore les noix.
31 Dj'mètin in fil a la pat' dè hourlan
È dé kas'rol ô tchû d'la keû dé tchin
Pi dé pètâr da l'tuô dé glasî
Là djan geûlin, sa nou fayo don bin
Nous mettions un fil à la patte des hannetons
Et des casseroles au bout de la queue des chiens
Puis des pétards dans le tuyau des éviers
Les gens criaient, ça nous faisait du bien.
32 Si tu m'fé tchîr, tansion ta margoulèt'
Baf su la geûl, su l'mujé, s'la binèt'
La panse a l'uch, in bon kô d'pi ô ke
Sa n'anpétch me, vèté tourto bin v'ne.
Si tu m'ennuies, attention à ta figure
Baffe sur la figure, le museau, la binette
Tu voles dehors, un bon coup de pied au cul
Cela n'empêche pas que vous soyez tous bienvenus
33 Là djône d'Auflance vunan marié no fèye
Seû d'Djèrouvil sè ko toudjo parèye
Su k'èl‑z‑avan, bin dju n'saro vu l'dèr
S'è p'tèt' paske dju n'savan nou‑z‑î prér !
Les jeunes dA uflance viennent marier nos filles
Ceux de Gérouville c'est encore pareil
Ce qu'elles ont, je ne saurais vous le dire
C'est peut‑être parce que nous ne savons pas nous y prendre.
34 Gna‑n‑è k'alin prér dé lieuf a la brikol
L'ètan dé R'nô veûdi du sè gèrnouye
An pèrno ko lè‑z‑û ô ke dé pouye
Dj'ètin dè‑z‑anch eun fwa s'lè ban d'l'ikol.
Il y en a qui allaient prendre des lièvres au lacet
L'étang des Renaud vidé de ses grenouilles
On prenait encore les oeufs au cul des poules
Nous étions des anges une fois sur les bancs de l'école
35 An dé tcheu no ki fô bruchi d'van s'n'uch
Avan d'nètir lu pavé don vwazin
È k'lè vî twa s'è koum tout' lè djône fam
Fôro toudjo èt' a kat' pat' duse.
On dit chez nous qu'il faut brosser devant sa porte
Avant de nettoyer le trottoir du voisin
Et que les vieux toits c'est comme toutes les jeunes femmes
Il faudrait toujours être à quatre pattes dessus.
36 I parètro k's'è mwin der d'èt' koku
Ku d'ramasi eun baf s'la margoulète
Dju n'a sè rin è lu Dani non pu
Dj'n'avan jamé heû d'baf su la binète
II paraîtrait que c'est moins dur d'être cocu
Que de ramasser une baffe sur la figure
Je n'en sais rien et le Dany non plus
Nous n'avons jamais eu de baffes sur la figure.
37 Si tu fé tchîr tu tchin su l'pa du m'n'uch
Nu t'ètoun mè Ma ratch monte a ma bruch
Tu pôro bin d'ouvran ta bwat' ô lèt'
I r'trouvé tout' là krot' du ta nich bét'
Si tu laisses ton chien faire caca devant ma porte
Ne t'étonnes pas que la rage monte à ma brosse
Tu pourrais bien ouvrant ta boîte aux lettres
Y retrouver toutes les crottes de ta sale bête.
38 Asteûr an s'sougn ô‑z‑antibiotik
V'avé in rem an v'nôye da lè siro
Vé mô l'achine an Vavoûye an klinik
D'van bin chiné d'la hô lè frér Bido
Maintenant on se soigne aux antibiotiques
Vous avez un rhume on vous noie dans les sirops
Vous avez mal au dos on vous envoie en clinique
Ils doivent bien rire de là‑haut les frères Bidot.
39 Si vu Vraplé du leû propriyèté
Pré dè Deglaire è d'la Jeanne Alexandre
Gnè m'bèzwin d'èt' architèk diplomé
Pou dèklâré k's'èto in trô d'pouché !
Si vous vous souvenez de leur propriété
Près des Deglaire et de la Jeanne Alexandre
Il n'y a pas besoin d'être architecte diplômé
Pour déclarer que c'était un trou de cochon.
40 Lè trwâ fwa vint' an la zèzèt' ki flich
I‑z‑an osé lè roustikèt bin flach
Sa n'anpétch mè ki vikan koum dè ritch
È k'da leû s'mén' i gnè kat sink dîmatch
Les 3 * 20 ont la zèzette qui baisse
Ils ont aussi les testicules bien flasques!
Ca n'empêche pas qu'ils vivent comme des riches
Et que dans leur semaine il y a 4‑5 dimanches.